AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cinématique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
monster
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 329
Age : 31
Localisation : mostaganem
Emploi/loisirs : bascket ball/musculation/informatique/manga
Humeur : Réfléchie
Réputation : -7
Points : 1581
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Cinématique   Lun 12 Jan - 21:50

en débute doucement avec une petite définition sur ce qui concerne cette étude ainsi que ces bases alors En physique, la cinématique est la discipline de la
mécanique qui étudie le mouvement des corps, en faisant abstraction des causes
du mouvement (celles-ci sont généralement modélisées par des forces et des
moments).
Elle utilise la géométrie analytique.

On peut dater la naissance de la cinématique moderne à l'allocution
de Pierre Varignon le 20 janvier 1700 devant l'académie royale des sciences de
Paris.
À cette occasion il définit la notion d'accélération et montre
comment il est possible de la déduire de la vitesse instantanée à l'aide d'une
simple procédure de calcul différentiel.

2.1 Bases repères et référentiels

2.2 Cinématique du point et du solide

2.2.1 Position d’un point
2.2.2 Vitesse d’un point
2.2.3 Accélération d’un point
2.2.4 Coordonnées intrinsèques. Composantes de Frenet
2.2.5 Etude de mouvements
2.2.6 Quantités, résultantes et moments


Dernière édition par monster le Lun 12 Jan - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univ-vision.com
monster
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 329
Age : 31
Localisation : mostaganem
Emploi/loisirs : bascket ball/musculation/informatique/manga
Humeur : Réfléchie
Réputation : -7
Points : 1581
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Re: Cinématique   Lun 12 Jan - 21:57

2 Mécanique du point et du solide

2.1 Bases repères et référentiels

Base :
Dans un espace à trois dimensions, on appelle base vectorielle
un ensemble de 3 vecteurs linéairement indépendants :



sont non coplanaires
Repères d’espace :
L’ensemble constitué d’un point O de l’espace et de 3 vecteurs
de base forme un repère d’espace.

Repère direct :
Le produit vectoriel étant anticommutatif, il est nécessaire de définir
une « norme ». Le sens direct est obtenu avec la règle de la main
droite.

Repère de Copernic :
L’origine correspond au centre de masse du système solaire et les
axes sont dirigés vers trois étoiles fixes.

Repère géocentrique :
L’origine correspond au centre de masse de la terre et les axes
sont dirigés vers trois étoiles fixes.

Coordonnées :
Pour définir la position de tout point dans un repère, on constate
expérimentalement, qu’il est nécessaire et suffisant de prendre trois réels
appelés coordonnées.

Repère de temps
Il est constitué d’un instant d’origine et d’une échelle de temps

Référentiel
L’ensemble constitué d’un repère d’espace et d’un repère de temps
est appelé référentiel.

Référentiel galiléen :
C’est un référentiel dans lequel l’espace est homogène et isotrope
et le temps uniforme.

2.2 Cinématique du point et du solide

La cinématique est l’étude des mouvements indépendamment
des causes qui les produisent.

2.2.1 Position d’un point.

Un point M dans un repère R est caractérisé par son vecteur position :



En coordonnées cartésiennes on note :

ou
où indique que les coordonnées du vecteur sont celles qu’il a dans la base
cartésienne.
La trajectoire étant l’ensemble des positions occupées par le
point M.

L’équation de la trajectoire du point M est la relation liant
les coordonnées indépendamment du temps.

En coordonnées cartésiennes on notera
On appelle équation horaire l’expression des coordonnées du point
en fonction du temps :


Si le mouvement est plan, on choisit le repère de telle sorte que deux
coordonnées suffisent. Généralement on conserve les coordonnées x et y.


Si le mouvement est rectiligne, on choisit le repère de telle sorte
qu’une seule coordonnée suffise. Généralement on conserve la coordonnée x.


Lorsque la trajectoire est telle que les expressions et calculs des position,
vitesse et accélération sont plus simples en coordonnées cylindriques
alors on les exprime dans cette base mobile.


La base cylindrique étant une base mobile dont l’orientation des vecteurs dépend
de la position du point M dans sa trajectoire il n’est pas étonnant de voir
que deux coordonnées seulement suffisent à exprimer la position :

ou
2.2.2 Vitesse d’un point

La vitesse moyenne d’un point est obtenue en calculant le rapport de
la distance parcourue par la durée du parcours :


Lorsque l’on veut obtenir le vecteur vitesse moyenne entre deux points M1(t1)
et M2(t2)on exprime :


Si l’on veut exprimer le vecteur vitesse instantanée en un point M de
la trajectoire il faut faire le calcul :


Le vecteur exprimé est celui de la vitesse du point M dans son mouvement par
rapport au référentiel R. La dérivée du vecteur position se faisant par rapport
à ce référentiel.
L’expression du vecteur vitesse dans son mouvement par rapport au référentiel
R peut être exprimé dans toute autre base.
En coordonnées cartésiennes (base fixe) le mouvement du point
M par rapport au référentiel cartésien donne le vecteur vitesse :
ou
En coordonnées cylindriques (base mobile) le mouvement du point
M par rapport au référentiel cartésien donne le vecteur vitesse :
ou
démonstration :







On a vu que : donc on peut simplifier

et

car
est un
vecteur fixe

soit

On notera les points suivants :
● L’unité légale de la vitesse est le mètre par seconde m.s-1
● Le vecteur vitesse en un point est confondu à la tangente
à la trajectoire en ce point.
● Le sens du vecteur vitesse est celui du mouvement.
● Comme pour tout vecteur la norme de la vitesse correspond
à la racine carrée de la somme du carré des composantes de ce vecteur.


● Il ne faut pas confondre d’une part le référentiel par
rapport auquel on étudie le mouvement avec d’autre part la base que l’on choisit
pour exprimer le plus facilement les vecteurs position, vitesse ou accélération.
● Dans le cas d’un mouvement de rotation d’axe Oz, on définit
le vecteur . Al’aide des coordonnées cylindriques
exprimons le produit vectoriel . On a donc
soit la relation générale :
● Le mouvement d’un point M par rapport à un référentiel
R1 de centre O1 et par rapport à un référentiel R2 de centre O2
vérifie la loi de composition des vitesses:




désigne le vecteur vitesse de rotation
du repère R2 par rapport à R1
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univ-vision.com
monster
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 329
Age : 31
Localisation : mostaganem
Emploi/loisirs : bascket ball/musculation/informatique/manga
Humeur : Réfléchie
Réputation : -7
Points : 1581
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Re: Cinématique   Lun 12 Jan - 22:02

2.2.3 Accélération d’un point

De même que pour la vitesse on peut définir les vecteurs accélération moyenne
et accélération instantanée.
Le vecteur accélération moyenne est obtenu entre deux vecteurs vitesses à des
instants t1 et t2


Le vecteur accélération instantanée correspond à la dérivée du vecteur vitesse
par rapport au temps

ou
Les remarques sur la vitesse concernant la base et le référentiel sont aussi
valables pour l’accélération
En coordonnées cartésiennes (base fixe) le mouvement du point
M par rapport au référentiel cartésien donne le vecteur accélération :

ou
En coordonnées cylindriques (base mobile) le mouvement du point
M par rapport au référentiel cartésien donne le vecteur vitesse :

ou
démonstration :







On a: donc et donc et

soit




ou



On notera les points suivants :
● L’unité légale de l’accélération est le mètre par seconde
au carré m.s-2
● La direction et le sens du vecteur accélération par rapport
à sa trajectoire n’est pas aisément exprimable sans l’utilisation des coordonnées
intrinsèques (paragraphe suivant)
● Comme pour tout vecteur la norme de l’accélération correspond
à la racine carrée de la somme du carré des composantes de ce vecteur.




● L’aire d’un arc de cercle d’angle q vaut et sa dérivée par rapport au temps qui
vaut s’appelle
la vitesse aréolaire. Si le mouvement est tel que l’accélération orthoradiale
est nulle alors et
est une
constante donc le mouvement s’effectue à vitesse aréolaire constante. Cela correspond
aux mouvements planétaires.

2.2.4 Coordonnées intrinsèques. Composantes de Frenet.

On peut aussi exprimer la vitesse et l’accélération à partir d’une base mobile
défini à
partir des vecteurs :
: Vecteur tangent à la trajectoire
au point M, dans le sens du mouvement
: Vecteur normal à la trajectoire
dont la droite d’action passe par le centre de courbure Ω de la
trajectoire en ce point
: Vecteur binormal défini
à partir des deux précédents par

On appelle plan osculateur ∏, le plan :
Localement on confond la trajectoire avec le cercle osculateur.
On défini une abscisse curviligne s sur le cercle osculateur qui vérifie
soit encore


La vitesse s’exprime par :


et l’accélération s’en déduit :


On a déjà vu que et de même donc
Mais n’est pas une grandeur accessible, alors
que l’est,
on écrit donc :

soit
d’où l’expression :



2.2.5 Etude de mouvements

2.2.5.1 Types de mouvements

Dans le référentiel considéré.
La trajectoire peut être :

- rectiligne : - la trajectoire est une droite,
- le rayon de courbure est infini
et la composante normale de l’accélération est nulle.

- circulaire : - la trajectoire est un cercle,
- la trajectoire est donc plane,
- le rayon de courbure est constant.

- curviligne : - la trajectoire est une courbe.

- hélicoïdale : - la trajectoire est une hélice.
Le mouvement peut être :

- uniforme : - la valeur algébrique de la
vitesse est constante,
- le vecteur vitesse n’est pas forcément
constant,
- seule la composante tangentielle
de l’accélération est nulle.

- uniformément varié : - la valeur algébrique de l’accélération
tangentielle est constante.

- accéléré : - la valeur algébrique de
la vitesse augmente,
- la composante tangentielle de l’accélération
est dans le sens du mouvement.

- ralenti : - la valeur algébrique de
la vitesse diminue,
- la composante tangentielle de l’accélération
est dans le sens contraire du mouvement.

- sinusoïdal : - une composante de position
dépend sinusoïdalement du temps.
Le mouvement d’un solide peut être :

- de translation : - le vecteur vitesse est identique
en tout point du solide.

- de rotation : - la trajectoire de chaque
point du solide est circulaire.

Par exemple la nacelle d’une grande roue
a au démarrage un mouvement de translation circulaire uniformément varié

2.2.5.2 Traiter un exercice de cinématique

Le but est généralement d’exprimer les équations horaires du mouvement pour
remonter éventuellement vers l’équation de la trajectoire.
● Lorsque la nature de la trajectoire est donnée,
il faut en déduire les conditions sur les caractéristiques exprimées dans une
base adaptée.

Exemple du mouvement circulaire sinusoïdal

La trajectoire est circulaire on choisit
la base cylindrique.

La trajectoire est plane donc la coordonnée
z est nulle

La trajectoire est un cercle donc le rayon
est une constante (ce n’est pas lui qui dépend sinusoïdalement du temps)

Donc on peut déjà écrire en notant r le rayon
du cercle :

On remarque que la base mobile choisie ne
permet pas de faire apparaître le caractère sinusoïdal du mouvement

On en déduit l’expression de la vitesse :



puis l’expression de l’accélération :



Le caractère sinusoïdal apparaît dans l’expression
de j : où ω désigne
la pulsation et j0 l’inclinaison
initiale.


Lorsque l’application des lois de la dynamique nous
fournis les coordonnées de l’accélération, alors il faut remonter par intégration
aux caractéristiques de vitesse puis de position. Les constantes d’intégration
seront déterminées par les conditions initiales du mouvement.


● Pour les applications numériques, il faut penser avant
tout calcul à se placer dans le système d’unités internationales (U.S.I.).

2.2.6 Quantités, résultantes et moments.

Avant de passer à l’étude des causes du mouvement qu’est la dynamique on va
définir les grandeurs qui nous seront utiles par la suite.

Point

Système
de point

Quantité
de mouvement


Résultante
cinétique


Moment
cinétique


Moment
cinétique résultant


Quantité
daccélération


Résultante
dynamique


Moment
dynamique


Moment
dynamique résultant

On va distinguer dans l’appellation des grandeurs physiquement identiques selon
que l’on étudie un point ou un système de point.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.univ-vision.com
boumediene
novice
novice


Masculin
Nombre de messages : 1
Age : 43
Localisation : TIARET
Emploi/loisirs : pc
Humeur : normal
Réputation : 0
Points : 1
Date d'inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Cinématique   Mar 10 Mai - 23:40

merci
Revenir en haut Aller en bas
khatiro10
novice
novice


Masculin
Nombre de messages : 1
Age : 27
Localisation : algerie
Emploi/loisirs : étudiant
Humeur : posé
Réputation : 0
Points : 1
Date d'inscription : 19/01/2013

MessageSujet: Re: Cinématique   Lun 21 Jan - 20:46

mercii biien :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cinématique   Aujourd'hui à 21:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Cinématique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vision Sur l'Université :: Science & Technique (ST) :: département sciences et techniques lmd :: 1 ére Année :: physique :: cours-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB |  | Contact | Signaler un abus